COMMEMORATION DE LA FAMINE DES ANNEES 1930 EN UKRAINE AU MEMORIAL

vendredi 23 octobre 2009.
 

l’Ukraine donne une dimension politique a la commemoration de la famine des annees 1930

Dans un Etat souverain jeune aux fondations incertaines, l’histoire sert aussi d’outil de reconnaissance et d’identification. En attestent les cérémonies exceptionnelles orchestrées durant la semaine du 17 novembre par les autorités ukrainiennes pour le 75e anniversaire de la grande famine de 1932-1933, appelée Holodomor (extermination par la faim). Les présidents de sept pays amis, dont la Pologne et la Géorgie, viendront s’incliner devant un nouveau mémorial à Kiev. Le chef de l’Etat ukrainien, Viktor Iouchtchenko, a appelé ses compatriotes à allumer ce jour-là une bougie à la mémoire des disparus.

Dix-sept ans après l’obtention de son indépendance, l’Ukraine a érigé ce drame - qui a également frappé des centaines de milliers de Russes et de Kazakhs - en fondement de l’identité nationale. Mardi, le président Viktor Iouchtchenko a reçu les représentants de plusieurs journaux occidentaux, dont Le Monde, afin d’exposer sa vision de l’Holodomor. La famine n’avait pas de "cause naturelle" ; elle avait été planifiée, souligne-t-il, par les autorités soviétiques, dans le cadre du programme de collectivisation des terres et de confiscation des grains, pour tuer les "aspirations nationales" des Ukrainiens, dont "92 %" vivaient dans les villages. Le traitement simultané des questions nationale et paysanne constitue à ses yeux la particularité de l’Holodomor, entre fin 1932 et l’été 1933.

"Nous n’accusons pas le peuple russe ou l’Etat russe de cette tragédie, mais le régime communiste, dit-il. (...) L’assassinat par la faim était une décision politique." Côté russe, le président Dmitri Medvedev a décliné l’invitation aux cérémonies dans une lettre ouverte. Selon lui, l’Holodomor est une "tragédie commune" aux peuples soviétiques ; dire qu’il visait à la destruction des Ukrainiens "signifie aller contre les faits et essayer de donner un sous-texte nationaliste".

Le 23 octobre, le Parlement européen a retenu le qualificatif de "crime contre l’humanité" pour qualifier la grande famine. Conformément à une loi votée en novembre 2006 par les députés, Viktor Iouchtchenko parle pour sa part de "génocide" en raison de l’existence d’un "meurtre de masse sur une base nationale". "Ce fut une des pages sombres de notre combat pour l’indépendance, notre culture et notre identité." Le mot "génocide" fait débat chez les historiens, depuis que le Britannique Robert Conquest a publié un livre choc sur le sujet en 1986. D’autant que le président ukrainien continue de retenir une estimation extrêmement large du nombre de victimes dans le pays, en parlant de 10 millions. Elle s’appuie sur une soustraction entre le recensement de 1937 et de 1926, en se référant au taux de croissance "normal" qu’aurait dû connaître la population.

La destruction de la plupart des archives empêche de se livrer à des calculs incontestables. "Il y a peut-être 3-4 % de marge d’erreur, mais pas davantage", assure l’historien, penché sur sa calculatrice, qui enchaîne les données vertigineuses des pertes . "Ici, c’était l’apocalypse. Dans cette sorte de ghetto kolkhozien coupé du monde, toutes les réserves de nourriture avaient été confisquées. On assistait même à des actes de cannibalisme sur les enfants."

Répondre à cet article