"Les conditions socio-économiques et le contexte international de la famine en Ukraine 1932-33"

lundi 12 janvier 2004.
 

Compte-rendu de la conférence du Professeur Wolodymyr Kosyk "Les conditions socio-économiques et le contexte international de la famine en Ukraine 1932-33"

Projection de la fin du film " La danse des cannibales "

Vision d’un train chargé de cadavres et de mourants, et de bois, déchargés dans un brasier par des soldats de l’Armée Rouge.
Vision d’un enfant émacié et maigre qui fouille des ruines avant de demander à un vieillard squelettique de partager un bouillon d’herbe.
Vision d’un champ de céréales moissonné par des paysans surveillés par des soldats, alors que cet enfant (et les paysans) mourraient de faim.
Enfin, vision onirique de cet enfant se remémorant les souvenirs de sa famille dansant et courant dans les champs prospères.

Conférence du Pr Kosyk

10 millions de morts estimés par une famine organisée, alors que l’Ukraine produisait du blé, que l’URSS vendait des céréales à l’Occident.
Les livres d’histoire occidentaux parlent encore de famine provoquée par les paysans eux mêmes.
En 1927 l’URSS dépendait totalement (74 % de ces produits manufacturés et industriels lourds) des pays capitalistes. Une crise entre l’URSS et la Grande Bretagne conduit Staline et le Soviet Suprême à croire que les occidentaux menaient une politique visant à détacher des républiques sœurs de Moscou. L’Ukraine devait être la 1ère visée. Le 15ème congres demande à diminuer la dépendance de l’URSS vis-à-vis de l’occident. Il fallait créer une 2ème base économique dans le bassin Oural Koutnetsk. Et pour cela il fallait une main d’œuvre nombreuse et gratuite (augmentation des prisonniers politiques dans les goulags). Le plan quinquennal fut réalisé en moins de temps que prévu.

Les membres ukrainiens du parti communiste eux mêmes se sont conduits à leur pertes en proclamant des annonces qualifiées de réformistes par Moscou, et Staline les déclara ennemis du peuple. Suite à cela, il y eut une collectivisation (Kolkhoze) forcée. Les " rebelles " à cette collectivisation, furent déporté (2 millions d’ukrainiens entre 1926 et 1932. Plus 500 000 furent fusillés sur place. La police politique était chargé de cette tache. Même les médias (journaux et radio) participaient à la chasse, et à la montée des " citadins " contre la paysannerie (Koulaks : "riches paysans").

A partir de 1930, la chasse fut étendue aux intellectuels. En 1931, une mauvaise récolte entraîne, une baisse de production, et Moscou ayant récupéré la totalité de la récolte, exigea et réquisitionna les réserves personnelles des paysans (semence, pains, etc.)

En 1932, Moscou reconduisit les niveaux de récoltes des années précédentes alors que la masse paysanne diminuait, et Moscou promulgua des " oukases ".
Les soldats avant l’ordre de tirer sur les voleurs de céréales et des tonnes de graine pourrissaient sur place.

En 1933, 19 % des exportations vers l’occident de céréales de l’URSS étaient d’origine ukrainienne

Des cordons de soldats isolaient les campagnes des villes pour éviter la diffusion de l’information.
En même temps, la République d’Ukraine fut isolée des autres républiques et aussi de l’Occident. Il y eut la création des passeports intérieurs pour contrôler les mouvements des paysans.

Les journalistes occidentaux en poste à Moscou écrivaient qu’il n’y avait pas de problèmes, mais en aparté, reconnaissaient que l’Ukraine avait été saigné à blanc. Des témoignages de journalistes en voyage en Ukraine rapportaient des scènes de famine et de mort dans les campagne.

Même des paroles de " changement du matériel ethnique " de l’Ukraine, ont été prononcées par un haut responsable de la police politique de moscou.

Entre 6-7 et 10 millions de morts sur la période considérée.

Merci à M.X, Professeur d’Université au Creusot, pour ces notes prises au cours la conférence du Professeur W.Kosyk, Docteur en Histoire - Sorbonne - Paris 1, à Lyon le 6 novembre 2003. Conférence organisée par Ukraine 33 et le Centre d’Histoire de Lyon pour la commémoration du 70e anniversaire de la famine génocide en Ukraine.